Heinz X Mad Men

Heinz frappe un grand coup et c'est en plein dans le mille!

La compagnie qu'on connaît pour son ketchup y va des recommandations de l'agence marketing - David Miami et prend l'idée de ... Don Draper!

Et oui, le célèbre personnage de Mad Men avait proposé une campagne géniale dans la saison 6 qui avait été à l'époque refusée par le client. Cinquante ans plus tard la fictive campagne "Pass the Heinz" prendra vie sur trois panneaux de type "billboard".

Pourquoi est-ce si fort de la part de la compagnie de tomates? On vient profiter de la propulsion d'une série des plus populaires pour atteindre une portion de public. Un Marlboro, Porsche ou autres aurait pu profiter de l'occasion bien avant vu la proximité des publics cibles? Bien sûr! Mais, c'est chez Miami qu'on a suggéré en premier de prendre cette voie et c'est gagnant!

On fait donc deux pierres d'un coup avec une campagne forte et un beau raffinement de clientèle.

Rappelons-le la campagne (et la série) sont fictives (si ce n'est pas déjà fait je vous invite à découvrir Mad Men sur Netflix dès maintenant).

1. L'idée est bonne on en profite...

La campagne est simplement géniale, on présente le produit, sans présenter le produit. Laisser le client imaginer la scène, lui-même ajouter son produit Heinz favoris sur ce burger, ces frites, ce contre-filet un peu juteux.

2. La clientèle de niché - De luxe

On croise le public de Mad Men avec le public un peu "niché - De luxe" que le ketchup ne vise pas a priori. Mais, le luxe c'est payant, le luxe ça ouvre des portes il ne faut jamais l'oublier. Être un produit-phare qui se démarque par son authenticité, sa "noblesse" c'est gagnant à plusieurs niveaux. En visant une association avec la série, la compagnie à la bouteille en vitre s'assure que le plus "gentleman" de la classe affaires ne demandera désormais rien de moins que du Heinz.

Agence:

David Miami

et

Sterling Cooper Draper Pryce (La firme fictive de Don Draper)

Voyez la vidéo dès maintenant

Articles Récents
Lire plus...avancer plus! 
À lire